Remarks by President Charles Michel following the first day of the Special meeting of the European Council

(Source: European Council)

Nous avons eu ce soir un débat concentré sur les questions internationales. Et le premier point qui a été abordé est naturellement lié aux événements absolument inacceptables, choquants, scandaleux, qui se sont déroulés hier, avec un avion de Ryanair qui a été forcé d’atterrir au Belarus. C’est une menace contre la sécurité de l’aviation civile, c’est une menace contre la sécurité internationale, raison pour laquelle c’est avec beaucoup de fermeté que très rapidement, les 27 chefs d’État et de gouvernement se sont accordés non seulement pour condamner ce qui s’est produit, pour exiger la libération immédiate de Raman Pratassevitch et de Sofia Sapega, mais se sont accordés aussi pour envisager, au travers d’un mandat qui est donné au Conseil, la prise de sanctions, y compris sur le terrain économique. Nous demandons une enquête de la part de l’OACI et nous sommes totalement déterminés à exprimer notre solidarité vis-à-vis de la Lettonie, dont les diplomates ont été expulsés. En un mot, nous ne tolérons pas que l’on tente de jouer à la roulette russe avec la vie de civils innocents. Ce qui s’est passé hier n’est pas acceptable et la réaction de ce soir, délibérée rapidement dans le cadre de la première partie de notre réunion, est à la hauteur de la gravité des événements qui se sont déroulés hier. C’est un premier point.

We also had the occasion to have an in-depth exchange of views on the relationship between the EU and Russia. We condemn Russia’s illegal, provocative and destructive activities, and we express our solidarity with Member States, especially the Czech Republic and the Eastern partners. We affirmed the five guiding principles for this relationship with Russia, and we have decided to ask the Commission and the High Representative to present a report with policy options for the European Council to revert to the matter in June and to provide clear political orientation. This debate was useful. This debate was fruitful. It was the occasion to listen to each other, talk to each other, and also, through collective intelligence, to make the assessment on what the current situation is and how we can try to improve the possibility for the EU to defend our interests and to promote our values.

Enfin, nous avons eu l’occasion d’un débat qui a été relativement rapide sur la relation avec le Royaume-Uni. Là aussi, quelques lignes de conclusions ont été l’occasion d’affirmer que nous souhaitons avec le Royaume-Uni une relation qui soit fructueuse. Nous souhaitons une relation étroite avec le Royaume-Uni, mais nous souhaitons également la mise en œuvre loyale en tous points, dans la lettre et dans l’esprit, des accords qui ont été conclus dans le cadre de la négociation en lien avec le Brexit. Nous avons affirmé l’unité de l’Union européenne, nous avons affirmé dans ces conclusions que nous sommes prêts à utiliser les moyens légaux qui sont prévus dans le cas de différences d’accord pour veiller à l’intégrité du marché intérieur et veiller aussi aux intérêts de l’Union européenne.

Enfin, nous avons eu l’occasion d’exprimer une position commune en lien avec la situation au Proche-Orient. Nous saluons le cessez-le-feu qui est intervenu, c’est une étape nécessaire et importante. Nous sommes totalement convaincus que la situation nécessite une solution politique robuste et nous avons réaffirmé le soutien à la solution à deux États.

Nous avons aussi eu l’occasion, durant cette réunion, de faire un point sur la préparation du sommet institutionnel que nous aurons avec les États-Unis. La présidente de la Commission a pu décrire les thèmes que nous aurons l’occasion d’aborder avec le président des États-Unis et nous allons aussi nous inspirer des conclusions du Conseil européen de décembre 2020 qui ont fixé les points pour lesquels nous souhaitons renforcer cette alliance transatlantique.

Nous avons suivi la situation au Mali avec un certain nombre de développements que nous avons constatés. Nous condamnons ce qui s’est passé au Mali les dernières heures, le kidnapping du président et du Premier ministre et nous soutenons la communication qui a été adressée par la CEDEAO et par l’Union africaine. Nous appelons au retour à la transition, qui doit être civile. Ce qui s’est passé est grave et sérieux et nous sommes prêts également à envisager les mesures nécessaires.

Voilà quelques points que je souhaitais mentionner en synthèse. Pour votre information, la question de la migration n’a pas été abordée dans la substance, mais plusieurs chefs d’État et de gouvernement ont suggéré que l’on ait l’occasion, dans un prochain Conseil européen, de revenir sur cette question de la migration, en lien avec la responsabilité européenne sur ce sujet.

Visit the meeting page

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.