Intervention du président Charles Michel à l’issue de sa rencontre avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, à Bakou

(Source: European Council)

Merci beaucoup, Monsieur le Président,

À mon tour, je souhaiterais vous remercier pour votre hospitalité, pour l’occasion qui nous est donnée de vous rencontrer. Comme vous l’avez indiqué, nous avons pu avoir des échanges intenses et approfondis sur la substance de la relation entre, d’une part, l’Union européenne et, d’autre part, l’Azerbaïdjan.

C’est le premier point qui a été abordé parce que nous souhaitions, avec vous, regarder comment on peut donner un élan additionnel, un élan supplémentaire, et même donner une dimension davantage stratégique au partenariat entre l’Union européenne et l’Azerbaïdjan. Ce matin, j’ai eu l’occasion de visiter, en Azerbaïdjan, un certain nombre de projets tournés vers le futur en matière d’innovation, dans le secteur des satellites, en matière d’infrastructures, également, pour donner au port de Bakou davantage d’ambition dans le développement, dans un cadre régional également. Et nous mesurons bien – nous l’avons d’ailleurs évoqué ensemble – que le partenariat entre l’Union européenne et l’Azerbaïdjan n’est pas principalement un partenariat fondé sur des questions de soutien financier, en subsides. C’est un partenariat fondé sur la volonté d’être engagés ensemble pour l’innovation dans le secteur technologique, pour les échanges en matière économique. Et c’est dans cet esprit-là que les deux priorités en termes de développement économique de l’Union européenne, la transformation climatique et la révolution numérique, peuvent être au cœur des projets que nous allons tenter ensemble, avec nos équipes respectives, de porter à bout de bras.

Le deuxième sujet, c’est évidemment la préparation de ce sommet qui aura lieu en décembre, qui touche au Partenariat oriental de l’Union européenne. C’était important pour nous d’échanger afin d’identifier les attentes que nous avions de part et d’autre en lien avec la préparation de ce sommet. Et vous avez raison, ma visite dans plusieurs pays membres du Partenariat oriental est un signal. C’est le signal, c’est le message de l’implication de l’Union européenne dans cette région et dans notre volonté de soutenir cet engagement pour la sécurité, pour la stabilité, et pour la prospérité dans la région en mobilisant les moyens, les atouts, les capacités de l’Union européenne, en dialogue avec l’ensemble de nos partenaires et en prenant en considération les attentes différenciées des différents partenaires au sein du Partenariat oriental.

Le troisième point, vous l’avez évoqué, c’est la situation en lien avec la relation entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Je voudrais vous remercier parce qu’avant même cette visite, il y a plusieurs semaines, nous avons eu l’occasion de nous parler à plusieurs reprises par téléphone afin d’échanger quant à nos analyses sur la situation dans la région, et vous remercier aussi pour les engagements, qui ont été pris et qui ont été honorés, qui sont des premiers pas, en lien avec la question des cartographies pour les mines, d’une part, et en lien avec la question des prisonniers, d’autre part. Ce sont des sujets importants pour lesquels de premières étapes ont été franchies et nous espérons que d’autres étapes puissent rapidement être franchies sur ces sujets-là.

Nous avons eu l’occasion aussi, avec plus de substance, de regarder les sujets qui doivent faire l’objet d’une mobilisation pour tenter de dégager un certain nombre de solutions qui puissent être des solutions durables. Je vous ai dit la disponibilité de l’Union européenne pour soutenir les efforts afin que des progrès puissent être réalisés sur différents sujets. Par exemple, la question de la délimitation des frontières pour lesquelles nous sommes prêts à mobiliser de l’expertise européenne, à mobiliser du monitoring européen, le cas échéant, si c’était souhaité. La question aussi, en lien avec la délimitation des frontières, des troupes qui sont à proximité des zones disputées, est un sujet qui, je le suppose, doit faire l’objet de discussions également.

Et puis, il y a ce quatrième point, que vous avez abondamment mentionné, sur lequel nous nous retrouvons, cette importance de la coopération régionale, dans différents domaines:

  • l’importance du secteur énergétique, vous l’avez mentionné, pour l’ensemble de la région et même au delà;
  • l’importance des infrastructures, notamment dans le secteur du transport et des différentes voies de transport, est un sujet qui a été abordé également. Sur ce sujet-là également,l’Union européenne veut être engagée pour encourager les efforts de coopération régionale. C’est un message que nous souhaitons porter à l’ensemble des parties et des pays qui peuvent être mobilisés et associés sur le sujet. D’ailleurs, lorsque je serai, ce soir et demain, présent en Géorgie, c’est aussi un thème qui sera à l’ordre du jour de nos travaux et d’une réflexion.

De plus, nous pensons qu’une paix, une paix durable, suppose que de bons accords puissent être pris et puissent être respectés. Cela veut dire qu’il y a d’autres questions qui devront être aussi abordées tôt ou tard afin que cette paix durable puisse être une réalité dans l’intérêt de la stabilité, de la prospérité et de la sécurité.

Enfin, nous avons eu l’occasion d’échanger sur un certain nombre de situations géopolitiques plus larges, et de constater aussi un certain nombre de mobilisations de l’Azerbaïdjan, notamment en lien avec des thèmes comme, par exemple, le caractère séculier du pays et nous avons pu faire des liens avec des débats qui ont lieu ailleurs dans le monde pour ce type de thème.

Monsieur le Président, encore une fois, merci pour l’échange qui est intervenu. L’Union européenne est un projet politique qui défend des valeurs, des valeurs démocratiques, des valeurs de promotion des libertés et des droits de l’homme. Mais c’est aussi un projet politique qui souhaite développer des partenariats solides avec un certain nombre d’acteurs afin de pouvoir dégager des projets dans l’intérêt mutuel. Merci pour cette occasion d’approfondir les liens entre votre pays et l’Union européenne.

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.